Notre métier

Le métier de conseiller en gestion de patrimoine

Conseillers en gestion de patrimoine, nous accompagnons nos clients dans leurs stratégies d’investissement en conseillant les produits les plus adaptés.

Nous leurs offrons un service à haute valeur ajoutée permettant l’optimisation de leur patrimoine. Nous proposons en toute objectivité, les solutions les plus adéquates.

Notre expertise s’exerce dans 4 secteurs d’activité :

  • Conseil en stratégie et organisation patrimoniale
  • Assurance : risques professionnels, assurance-vie, prévoyance, retraite…
  • Valeurs mobilières et marchés financiers
  • Immobilier

Nos interventions sont le plus souvent rémunérées sous forme de commissions liées aux investissements. Dans tous les cas, pour respecter notre souhait de transparence et réglementation, les modalités de règlement vous sont précisées dans une lettre de mission vous étant préalablement présentée.

Au titre de l’accompagnement de nos clients, une information plus précise peut être fournie sur simple demande, une fois que le choix des supports est fait.

Les conseils en gestion de patrimoine constituent aujourd’hui un vecteur avéré et crédible d’accès à l’investissement.

Des professionnels DISPONIBLES ET COMPÉTENTS pour votre patrimoine

En tant que conseil en gestion de patrimoine, nous avons une profession réglementée exigeant des qualifications appropriées, à titre personnel, sous notre propre responsabilité et de façon professionnelle, en offrant des services intellectuels et conceptuels dans l’intérêt de nos clients.

Notre métier est d’assister, conseiller et guider celles et ceux qui – particuliers comme entreprises – qui désirent un éclairage sur l’organisation de leur patrimoine ou qui souhaitent investir.

Nous intervenons dans le cadre de consultations occasionnelles ou d’une étude globale. Nous apprécions les objectifs de nos clients et les composantes de leur patrimoine. Après analyse, nous conseillons, en toute transparence, la mise en œuvre de stratégies adaptées. Notre disponibilité et notre implication font de nous des partenaires privilégiés.

Nous nous concentrons prioritairement sur la création, le développement et la transmission du patrimoine dans toutes ses composantes. Nous sollicitons au besoin d’autres professionnels libéraux, notaires, avocats ou experts comptables…

La relation de confiance, qui s’établit au fil du temps, entre le cabinet et nos clients est fondée sur la confidentialité et s’inscrit dans la durée.

Quelques chiffres

A fin décembre 2018, on dénombrait 4 641 cabinets dont 4 295 s’étant déclarés CIF CGP (c’est-à-dire exerçant une activité globale de conseil en gestion de patrimoine et hors conseils aux institutionnels), soit 200 de plus qu’en 2016.

En 2019, on dénombrait 5 428 cabinets de CIF inscrits à l’Orias : 4 618 se sont déclarés CIF CGP (c’est-à-dire exerçant une activité globale de conseil en gestion de patrimoine), soit près de 400 cabinets de plus qu’en 2018. Les CIF conseil aux institutionnels ou CIF « haut de bilan » sont eux moins nombreux (moins de 800) mais réalisent près de 40% du chiffre d’affaires. 

Tous acteurs confondus (CGP et haut de bilan) et tous secteurs d’activité (en incluant toutes les activités réalisées sous les différents statuts : intermédiaire en assurance, en opérations de banque ou encore transaction immobilière, ainsi que fusions acquisitions), le chiffre d’affaires des cabinets de CIF s’élève à 2,895 Md€ en 2019, en légère hausse par rapport à 2018. 

4 618 cabinets se revendiquent CIF CGP

Si l’on zoome sur les 4 618 cabinets qui se revendiquent CIF CGP, on constate que leur chiffre d’affaires s’élève à 1,872 Md€ toutes activités confondues, en baisse par rapport à 2018, soit en moyenne 405 000 € (463 000 € en 2018). Mais la médiane du chiffre d’affaires des cabinets est beaucoup moins élevée : la moitié des cabinets réalisent un chiffre d’affaires inférieur à 125 000 € (141 000 € en 2018).

A noter que « La part moyenne du chiffre d’affaires CIF masque de fortes disparités entre les acteurs CIF CGP », d’après l’AMF qui ajoute que « 19% des CIF CGP n’ont déclaré aucune activité CIF sur l’exercice 2019 (ndlr : un comble !) tandis que 10% des CIF CGP déclarent réaliser plus de 80% de leur chiffre d’affaires au titre de l’activité de CIF».

Près de 91% des cabinets CIF CGP ont déclaré disposer d’autres statuts : intermédiaire en assurance (IAS), intermédiaire en opérations de banque et service de paiement (IOBSP), ou disposer de la carte de transaction immobilière (carte T) et 44% sont également titulaires de la compétence juridique appropriée (CJA).

Seulement 6% de cabinets de CIF « indépendants »

Selon l’AMF, seulement 6% des CIF sont des CIF indépendants qui ne peuvent recevoir aucune rétrocession et sont donc exclusivement rémunérés par les honoraires perçus. Chez les autres CIF dit « non indépendants », les rétrocessions de droits d’entrée et de frais de gestion représentent 84% du chiffre d’affaires CIF, contre 88% en 2018, et les honoraires 16%.

Baisse constante des commissions

Par ailleurs, alors que les acteurs ont déclaré au total en 2019 une collecte de 7,7 Md€ et un encours de 46,4 Md€ en fin d’année, l’AMF a calculé à partir de ces données que les taux de rétrocessions moyens reconstitués s’élevaient à 3,28% (3% en 2018) pour les droits d’entrée et à 0,33% pour les frais de gestion (stable par rapport à 2018 mais 0,51% en 2016). 

Sur le plan des ressources humaines, les effectifs déclarés par les cabinets sont en nette baisse sur un an : 13 081 personnes travaillent dans des cabinets de CIF, en baisse de 1 066 personnes par rapport à 2018. L’AMF explique cette baisse par le « départ d’acteurs significatifs du conseil en haut de bilan » qui n’ont pas voulu garder le statut de CIF et que « Les nouvelles entrées d’acteurs dans la profession ne permettent pas de compenser cette baisse ». 

Parmi ces effectifs, le nombre de dirigeants et de « salariés CIF », qui sont soumis à des conditions d’accès contrôlées par l’Orias, s’élève à 7 392 personnes contre 7 035 en 2018. L’effectif moyen par cabinet reste stable avec trois personnes par cabinet.

30% des cabinets appartiennent à un groupement ou un réseau

A noter que 30% des cabinets de CIF CGP, soit 1 405 cabinets, ont choisi d’adhérer à un réseau commercial ou de s’unir à un groupement, une part de plus en plus importante (ils étaient 25% en 2017). 

Enfin, l’AMF livre le poids des quatre associations de CIF selon le chiffre d’affaires des cabinets CIF-CGP uniquement sur la partie CIF (hors activité de courtage d’assurance, de crédit ou de transaction immobilière) et non pas en nombre de cabinets. L’Anacofi pèse 51% du chiffre d’affaires CIF, la CNCGP 36%, la CNCIF 10% et la Compagnie des CGP-CIF 3%*. 

Concernant l’offre de produits et de services (sur l’activité de CIF), les acteurs disposent en moyenne de 7 partenariats avec des fournisseurs d’instruments financiers et déclarent avoir conseillé en moyenne 10 produits financiers différents (actions, obligations, OPC, etc.)

Carole Molé-Genlis

Chiffres clés des cabinets de conseil en gestion de patrimoine en 2019 – CGP CIF 

Nombre de cabinets : 4 618 – Encours conseillés : 46,4 Md€

Collecte : 7,7 Md€ – Chiffre d’affaires total : 1,87 Md€ 

Chiffre d’affaires moyen par cabinet : 405 000 € – Chiffre d’affaires médian par cabinet : 125 000 €

Répartition du chiffre d’affaires : rétrocessions : 84% ; honoraires 16%

Taux moyen des rétrocessions : droits d’entrée 3,28 %, frais de gestion : 0,33% 

Effectif moyen par cabinet : 3 personnes

Cabinets appartenant à un groupement ou réseau : 1 405 (30%)

*Si l’on inclut l’ensemble des CIF, y compris les cabinets de CIF conseil aux institutionnels, la répartition des associations est la suivante :
En chiffre d’affaires : Anacofi 61%, CNCGP 22%, CNCIF 15%, Compagnie des CGP-CIF : 2%
En nombre de cabinets : Anacofi 45%, CNCGP 30%, CNCIF 15%, Compagnie des CGP-CIF : 6%

SOURCE : GESTION DE FORTUNE – DECEMBRE 2020